"Enter"a basıp içeriğe geçin

QU’EST-CE QU’UN LINGUISTE ? EST-CE QU’ILS SONT DES CAISSIERS ? : UN MYTHE URBAIN

Est-ce que quand vous vous prépariez pour les examens d’entrée à l’université et qu’il y avait des tas de gens qui “vous conseillaient” de ne pas choisir un département linguistique parce qu’il n’y aurait pas d’avenir et que vous ne pourriez pas gagner autant d’argent qu’un ingénieur, un médecin ou un professeur ? Est-ce que vous êtes étudiant(e) en littérature et vos ami(e)s se moquent de vous en disant que vous seriez caissier à Burger King ? Voilà, en Turc, on a un idiome que nous utilisons tellement parmi les étudiant(e)s linguistiques, c’est à dire : “şehir efsanesi” et c’est exactement ce que “un mythe urbain” veut dire.

Que Font et Ne Font Pas Ces Linguistes ?

Quand vous nous demandez de parler dans “cette” langue, la raison pour laquelle nous ne pouvons pas arriver à une phrase shakespearienne est que vous la demandez soudainement de nulle part. Juste parce que nous ne pouvons pas sérénader instantanément, ne signifie pas que nous ne connaissons pas cette langue.

Non, nous ne pouvons pas toujours vous aider pour vos devoirs simplement parce que nous connaissons la langue. Vous pouvez au moins essayer de les faire par vous-mêmes, parce qu’ils ne sont pas trop difficiles du tout.

Et voilà, il y a beaucoup de choses qu’on peut faire, ou qu’on peut être. Donc, on ne sera pas des caissiers et être un académicien n’est pas le seul choix.

Même si beaucoup de linguistes sont des polyglottes (qui peut parler plusieurs langues), nous ne connaissons pas forcément beaucoup de langues.

Que fait exactement un linguiste, alors ?

Les linguistes étudient comment la langue fonctionne et appliquent la connaissance de la façon dont le langage fonctionne aux problèmes du monde réel avec une composante linguistique.
La linguistique comprend comment fonctionnent les différents systèmes linguistiques (phonétique, phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique, pragmatique, discours) ; comment les langues évoluent, s’influencent, naissent, meurent, … (la linguistique historique) ; comment les différentes langues se ressemblent structurellement (la typologie linguistique) ; la langue en tant qu’une fonction du cerveau (la neurolinguistique), en tant qu’une faculté mentale (la psycholinguistique), ou en tant qu’une partie de la culture et de la société (la linguistique anthropologique) ; comment modéliser le phénomène linguistique ou traiter les données linguistiques avec les ordinateurs (la linguistique computationnelle / le traitement du langage naturel) ; la documentation des langues en voie d’extinction ou moins-étudiées (la linguistique documentaire) ; la politique de langue et le planning de langue ; la création de dictionnaire (la lexicographie)*.
Comme vous pouvez le voir, un linguiste peut être et faire beaucoup plus que vous pensez.
A l’Université Galatasaray, on apprend beaucoup de sujets différents. Nous avons des lectures sur la traduction ; la littérature française et espagnol ; la civilisation française, latin et espagnol ; la linguistique ; la lexicologie ; la méthodologie ; etc.

J’ai fait un reportage sur le département avec Madame Gülseren Aksel. Je lui remercie de prendre le temps de répondre mes questions.

-Quelles caractéristiques devraient-avoir les étudiants de GSU au niveau de la langue et la littérature ?
G.A.: L’idéal serait que les étudiants qui choisissent ce département aient déjà un certain intérêt pour la littérature française ou du moins la littérature en général, ou pour la langue et la culture françaises. Parfois ce n’est pas le cas et les étudiants choisissent aussi d’intégrer le département pour les cours de linguistique ou de traduction. Le problème se pose quand ils n’ont véritablement aucun intérêt pour les cours enseignés et que leur inscription ne relève pas d’un choix mais est le résultat d’une stratégie ; dans ce cas, quatre années difficiles les attendent car ce n’est jamais une bonne idée de suivre des cours dans un domaine pour lequel on n’a pas d’intérêt. Je ne pense pas qu’il y ait un profil attendu en particulier, mais la curiosité intellectuelle, la volonté de développer son bagage culturel et d’améliorer les langues que l’on parle ou d’en apprendre de nouvelles sont évidemment un plus pour suivre les cours de ce département.

-A quoi le département s’engage envers les étudiants et en retour, qu’attend-t-il d’eux ?
G.A.: Je pense que le département s’engage à délivrer un enseignement de qualité à travers l’éventail de cours qu’il propose et qu’il attend de la part de ses étudiants ce que tout département universitaire est en droit d’attendre : assiduité, intérêt, réussite aux examens.

-Que pouvons-nous faire pour nous améliorer pendant la licence en dehors du travail universitaire ?
G.A.: On observe chez les bons étudiants de très bons réflexes spontanés pour améliorer leurs aptitudes préexistantes. Ces étudiants ont généralement en commun un intérêt voire une passion pour leur domaine d’étude, ce qui fait que tout ce qu’ils font « en plus » ne leur paraît pas comme un charge mais comme un plaisir : lire des ouvrages ou des articles académiques, faire des recherches, saisir tous les moyens pour améliorer son niveau de langue, faire des traductions, assister à des conférences, etc. Si vous avez un projet de carrière, c’est effectivement une bonne idée de commencer à le mettre en œuvre dès la licence, mais il faut que cela ne représente pas un fardeau pour vous et que vous ayez vraiment envie de le faire pour que ça marche vraiment.

-Quelles sont nos opportunités de travail ?
G.A.: Le site de l’université indique les opportunités de carrière suivantes : enseignement du français, traduction-interprétariat, édition et rédaction dans des maisons d’éditions, conseil en communication linguistique dans le secteur tertiaire et touristique. Il faut souligner que pour être professeur de FLE (Français Langue Étrangère), il vous sera souvent demandé d’avoir une formation pédagogique, qu’il vous faudra passer dans une autre université et dont la durée varie de 1 à 2 semestres selon l’intensité du programme. Il faut ajouter à cette liste les opportunités de carrière académique même si c’est un long et difficile parcours. Quand je regarde le profil des diplômés de ma promotion, je remarque que la plupart travaillent dans des domaines très différents où ils n’exploitent pas forcément ce qu’ils ont appris à l’université (à part les langues étrangères peut-être). Mes camarades de promotion travaillent dans des secteurs professionnels comme la publicité, l’automobile (Renault), le bâtiment, l’énergie (Total) certains font de la traduction de manière professionnelle, et d’autres enseignent le français dans des écoles privées ou à l’Université.

-Quels masters devrons-nous choisir pour la suite ?
G.A.: Cela dépend de votre projet de carrière. La question devrait plutôt être : « Quels masters pouvons-nous choisir ? ». Il est en effet possible de passer dans un autre département de sciences humaines comme la sociologie, la philosophie, la traductologie, l’enseignement des langues étrangères, voire la psychologie, etc… Sinon, si vous avez un projet académique et que vous souhaitez continuer à étudier dans votre département, vous pouvez rester étudier à GSÜ en passant l’examen pour intégrer le master de Langue et Littérature Françaises.

-Quelle est la relation entre les étudiants et les professeurs ? Est-ce que les professeurs sont assez prescriptifs ou est-ce qu’ils abordent les étudiants d’une manière sincère ?
G.A.: Il est difficile de résumer car il y a beaucoup de professeurs et de cours différents durant les huit semestres mais globalement il existe une bonne ambiance au sein du département car il y a peu d’étudiants et qu’ils revoient les mêmes professeurs d’un semestre à l’autre ce qui permet aux deux parties de bien se connaître et de bien s’entendre.

-Quelle est la méthode d’enseignement ? S’agit-il de lecture de livres et de traductions ou des débats sur des parties philosophiques, théoriques et scientifiques de la littérature ?
G.A.: Encore une fois, impossible de résumer l’ensemble de l’offre de cours du département car chaque professeur a sa méthode mais les cours permettent d’aborder à la fois l’aspect théorique et pratique de chacun des domaines : littérature, linguistique, traduction, etc…

-Est-ce que les étudiants satisfaits du département ?
G.A.: Il faudrait leur poser directement la question… Je n’ai pas d’enquête de satisfaction sous les yeux et je ne peux répondre au nom des autres mais je suis personnellement satisfaite de l’enseignement que j’ai reçu. On ne peut pas dire que je sois objective car je voulais beaucoup suivre ces études, pour lesquelles j’ai même quitté un cycle d’études considéré comme plus prestigieux. Je pense que si l’étudiant qui débute ses études a fait son choix par intérêt il sera satisfait durant et à la fin de ses études. Par contre, s’il s’agit d’un choix par défaut, il y a des chances qu’il n’aime pas le département dès le début et que cela ne s’améliore pas avec le temps. Il ne faut pas aller contre sa nature.

-Quel est le statut du département dans les pays francophones ?
G.A.: L’université est de plus en plus connue car elle a un certain nombre de partenariats à l’étranger et que ses diplômés la représentent généralement avantageusement. Le département existe sous une forme à peu près semblable en France, où il s’apparente au cursus de Lettres Modernes, avec quelques différences cependant.

-Quels cours les étudiants trouvent en générale le plus difficile ?
G.A.: Je ne peux répondre au nom de tous les étudiants mais personnellement c’était le cours de linguistique que j’avais trouvé le plus difficile, mais comme j’aime les challenges, c’est aussi devenu un des cours que j’aimais le plus. Je pense que la notion de « difficulté » est très relative, cela dépend de vos capacités, de vos connaissances antérieures, de votre motivation mais aussi de votre intérêt…

Cæsar non supra grammaticos. (César n’est pas au-dessus de la grammaire.)
“Sans littérature, la vie c’est l’enfer…” – Charles Bukowski

*: https://www.duolingo.com/comment/10178389/What-exactly-does-a-linguist-do

İlk Yorum Sizden Gelsin

Bir Cevap Yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir